INTERVIEW DAMIEN COLIN ENTRAINEUR DE LA RESERVE

 

Bonjour Damien,  peux-tu te présenter en quelques mots?

Damien Colin, 33 ans, ancien plombier et reconverti en éducateur sportif, domicilié à Saint Macaire-en-Mauges. En couple depuis neuf ans.

Raconte nous un peu ton parcours, d'abord de footballeur puis d'éducateur?

Tout d'abord, le football m'a apporté beaucoup de choses, à la fois très positives et très négatives, je rêvais d'une carrière  professionnelle, mais malheureusement, la vie ne m'a pas fait ce cadeau. Des blessures, une hygiène de vie pas toujours modérée et des soucis familiaux qui ne m'ont pas aider dans ma progression. Je suis rentré à l'âge de six ans au Dijon Parc et j'y ai joué pendant cinq ans. Ensuite, Dijon Cercle, aujourd'hui en ligue1, m'a repéré et m'a fait signer. J'y suis resté quatre ans. C'est à ce moment là  que l'AJ Auxerre m'a demandé  de faire des stages de détection. J'en ai réalisé deux avec deux réussites. En 1997-1998, à ma deuxième année d'U 15 j'ai intégré le centre de formation d'Auxerre. La saison 2000-2001,  j'ai intégré l'effectif seniors de l'AJA avec un contrat stagiaire. J'ai joué pendant trois mois en CFA avec l'équipe réserve, puis de nombreuses blessures à répétition m'ont stoppé dans mon élan. J'ai lâché et j'ai arrêté le football pendant un an et demi. Ensuite j'ai joué à Blaisy Bas pendant deux ans en 1ère division de district avec des copains tout en m'occupant des jeunes du club en catégorie -17 ans. Puis il a fallu s'arrêter deux années à cause de mon genou qui m'a posé beaucoup de problèmes. Le coach en place est parti sur une descente, mes copains du club m'ont demandé de le remplacer, challenge que j'ai accepté, nous avons monté de la 2ème division de district jusqu'en excellence. En 2009 je quitte le club et la région. En 2012-2013 je joue une saison à Beaupreau, et la saison suivante à Tillères. A 31 ans, je décide d'arrêter le football et de coacher.

Tu as évolué dans le club de l'AJ Auxerre pendant quatre ans, tu as côtoyé des  joueurs professionnels et sûrement un encadrement de qualité. Peux-tu nous parler de cette expérience?

J'ai côtoyé des joueurs qui avaient entre 15 et 17 ans tels que Djibril Cissé, Mexès, Mingnot et plein d'autres. Ils avaient un potentiel énorme. Daniel Rolland était à l'époque le directeur du centre de formation. Sans oublier Guy Roux, qui avait son œil  d'expert, sa dureté, son amour du football. Au centre de formation, les journées sont épuisantes entre les entraînements, les cours. Tu es toujours dans le rythme, l'intensité et à aucun moment tu dois lâcher. C'est très dur de percer!

Qu'est ce qui t'a mené à entraîner l'équipe réserve de Gétigné?

Je voulais retenter une expérience de coach. Grâce au conseil départemental auquel le président Mickael Bodet a fait appel, on est venu faire du soutien en catégorie U13 l'année dernière. J'ai appris que Jean Brunetière quittait le club, et je me suis proposé de prendre l'équipe réserve.

Comment s'est passée ton intégration au sein du club de l'USG?

Très bien, c'est un club très convivial, on peut discuter avec tout le monde. Les gens sont venus vers moi, c'est plus facile pour l'intégration.

Quels sont tes objectifs pour cette saison?

Cette équipe pour moi, mérite de jouer au dessus de son niveau actuel. Mon objectif est de faire monter cette réserve. J'aurais aimé aller dans le dernier carré en challenge, malheureusement on vient de se faire sortir au Loroux. Le championnat reste la priorité numéro un.

Selon toi, quels sont les points forts et les points faibles de ton équipe?

Le point fort que j'essaye d'apporter, c'est l'état d'esprit. Je pense avoir trouver un bon équilibre défensif, un milieu qui tient la route et de la percussion devant. J'ai vu jouer l'équipe C  l'année dernière, j'ai donné une chance à certains joueurs qui jouaient en C pour instaurer une concurrence entre les équipes B et C. Le point faible, clairement c'est le mental. On n'arrive pas à élever notre niveau de jeu contre des équipes plus faibles. Trop de fiesta le samedi soir se ressent un peu le dimanche. Certains joueurs ne s'investissent pas assez.

Comment se passe ta collaboration avec les dirigeants de ton équipe?

Une superbe entente entre nous, on va dans le même sens, on est tous les quatre sur les mêmes ambitions. Trois bons gars qui s'investissent et qui donnent de leur temps  les dimanches avec le groupe B.

Tu travailles aux côtés de Pascal Moyne, pense-tu que cette expérience peut t'enrichir?

Oui, c'est un super entraineur, un vrai éducateur. A voir son parcours dans le football, je pense que j'ai beaucoup à apprendre.

Quel est ton avenir en tant qu'entraineur dans les prochaines années?

Tout dépendra de ma réussite à Gétigné. Je pense que dans le monde du foot, il faut des opportunités. Avant d'espérer, il faut que je fasse mes preuves au club de l'USG.